Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 23:08

"Le sidaïque [...] est contagieux par sa transpiration, ses larmes, sa salive, son contact. C'est une espèce de lépreux." (1987)

"Monsieur Durafour-crématoire, merci de cet aveu." (2 septembre 1988)

"La première usine qu’il faut faire en France, c’est une usine à couilles !" (2012)

"Mon personnel de maison est noir, mon cuisinier est noir [...] que faut-il que je fasse ? Que je me marie avec un noir, homosexuel et sidaïque ?" (21 avril 2002)

"Je ne dis pas que les chambres à gaz n'ont pas existé. Je n'ai pas pu moi-même en voir. Je n'ai pas étudié spécialement la question. Mais je crois que c'est un point de détail de l'histoire de la Deuxième Guerre mondiale." (13 septembre 1987)

"Hiroshima est un détail de l'histoire aérienne de la guerre" (18 septembre 1987)

"Je vais te faire courir moi tu vas voir, rouquin...PD!" (1997)

"La Déclaration des droits de l'Homme marque le début de la décadence de la France" (26 août 1989)

"Oui, je crois en l'inégalité des races. Aux Jeux olympiques, il y a une évidente inégalité entre la race noire et la race blanche, c'est un fait. Je constate que les races sont inégales." (9 septembre 1996)

"Le bobo est plutôt de gauche et il est plutôt poilu de la gueule. C'est la mode musulmane ça, d'être poilu de la gueule. Comme ça, ça vous fait prendre pour un FLN." (17 avril 2012)

"Un homme qui ne boit pas de vin n'est pas tout à fait respectable, selon moi." (29 juillet 2011)

"Savez-vous que le prénom du petit-fils de Sarkozy est Solal, ce qui ne relève pas d'une franche assimilation de sa famille à la société française, et que Mohammed est le prénom le plus donné aux nouveau-nés à Marseille ?" (2010)

"Il faut qu'il y ait une autorité, et nous pensons que l'autorité la plus qualifiée dans un ménage est celle de l'homme" (1979)

"Le général De Gaulle était-il plus courageux que ne l'était le Maréchal en zone occupée ? Ce n'est pas sûr." (1996)

"L'homosexualité n'est pas un délit, mais elle constitue une anomalie biologique et sociale." (13 février 1984)

L'immigration ? "Monseigneur Ebola peut régler ça en trois mois." (20 mai 2014)

Marion (son vrai prénom) Marine le Pen a porté plainte contre une journaliste qui a relayé cette info et elle a perdu sur cette affaire voici, la source: " Peut-on dire que le Père de Jean-Marie Le Pen n'est pas mort en se battant contre les Allemands mais en les ravitaillant? " " Le passage: "On connaît l'argument utilisé par le fondateur du FN pour se disculper de tout esprit collaborationniste: le bateau de son père aurait été coulé par une mine allemande pendant la guerre. Ce qui lui vaut le statut de "pupille de la Nation" et peut donner à croire qu'il l'a perdu au combat. En réalité, ce dernier a pris la mer pour tenter de ravitailler un restaurant où soupait l'occupant, et il a sauté accidentellement sur une mine. Ce qui est un peu différent. Et surtout n'enlève rien au fait que Jean-Marie Le Pen fréquente volontiers d'anciens nazis. Comme l'ancien Waffen-SS Franz Schönhuber, auteur d'un livre à sa gloire: Le Pen, le rebelle. On l'aperçoit sur une photo aux côtés de Marine Le Pen, probablement à la sortie du livre, en 1997.

http://www.huffingtonpost.fr/caroline-fourest/quelles-conclusions-apres_b_1997746.html

Repost 0
Published by Ass.renseignements-genereux - dans Infos diverses
commenter cet article
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 23:39

Comme d'hab' on colle en oubliant mais qui c'est qui est l'odeur , pardon, l'auteur de cet article !

Cette découverte scientifique est pour le moins étonnante ! Des chercheurs ont déterminé que les pets pouvaient protéger de diverses maladies et notamment de certains cancers si nous venions à les respirer. Vous ne verrez plus les flatulences de la même manière :D ! Des scientifiques de l’université d’Exeter en Angleterre ont mis en évidence que l’exposition aux flatulences pourrait être bonne pour la santé, grâce au sulfure d’hydrogène qu’elles contiennent. Voici l’explication donnée par l’un des membres de l’équipe, le professeur Mark Wood : « Lorsque les cellules sont stressées par la maladie, elles font appel à des enzymes pour produire des quantités infimes de sulfure d’hydrogène. Cela permet de maintenir le bon fonctionnement des mitochondries et permet aux cellules de vivre. Si ce n’est pas le cas, les cellules meurent et perdent la capacité de réguler la survie et de contrôler l’inflammation. » D’après l’étude, le gaz de sulfure d’hydrogène serait un moyen efficace de traiter des maladies. Mark continue : « Bien que le gaz de sulfure d’hydrogène soit bien connu en tant que gaz nauséabond dans les œufs pourris et les flatulences, il est produit naturellement dans le corps et pourrait en fait être le bienfaiteur de la santé avec d’importantes conséquences pour de futurs traitements dans une grande variété de maladies. » Pourtant, c’est un gaz dangereux à trop forte dose, mais « une bouffée ici et là a le pouvoir de réduire les risques de cancer, les AVC, les crises cardiaques, l’arthrite et la démence en préservant les mitochondries« . femme-douleur-ventre Power Ranger - Super Pet ! Cette étude nous a beaucoup intéressés… et un peu fait rire, il faut l’avouer. Nous félicitons les chercheurs qui ont réussi à déterminer que nos flatulences pouvaient être bonnes pour la santé. On se demande cependant quelle raison a bien pu les pousser à démarrer cette étude… Désormais à la rédaction, certains s’inquiètent des nouvelles blagues que leurs collègues pourraient faire :D. Auriez-vous imaginé que respirer le pet de votre entourage pouvait être aussi bénéfique pour votre organisme ? AUTEUR Alexandre Dobrowolski SOURCE GURUMED SUJETS RELATIFS FLATULENCE PET RESPIRER SANTÉ SCIENCE . NE RATEZ PLUS AUCUNE NEWS SUIVEZ NOUS

Repost 0
Published by Ass.renseignements-genereux - dans Infos diverses
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 00:05

Nous vous avions déjà appris que des stages d'endoctrinement d'hommes politiques internationaux avaient été organisés ( et ça continue sans doute) aux USA. Sark'ordure en faisait partie.

Ils grattent aussi dans les banlieues sensibles.

Cet article date mais il est toujours d'actualité, d'autant plus que les yankees ont démontré qu'ils repéraient non seulement les "valeurs montantes" mais aussi - et mieux que nos flics - les terroristes :

Washington à la conquête du "9-3"

LE MONDE | 05.06.2010 à 14h41 • Mis à jour le 06.06.2010 à 19h46 | Par Luc Bronner

Abonnez-vous
à partir de 1 € Réagir Classer

Partager facebook twitter google + linkedin pinterest

fermer

Classer

Pas le temps de
lire cet article ?

Conservez-le pour le consulter plus tard. Abonnez-vous au Monde.fr
à partir de 1 €

Déjà abonné ?

S'identifier

L'inauguration d'une fresque murale géante à Villiers-le-Bel. Un déplacement à La Courneuve pour rencontrer des jeunes. Une rencontre à Bondy avec une star hollywoodienne. L'ambassadeur des Etats-Unis en France, Charles Rivkin, multiplie depuis un an les actions en direction des banlieues sensibles. Mais ces opérations symboliques et médiatiques masquent l'ampleur du travail de réseau effectué en France ces dernières années pour identifier les élites des quartiers et des minorités ethniques.

L'ambassade américaine s'est en effet constitué un carnet d'adresses exceptionnel - aujourd'hui le plus complet, le plus pertinent, le plus actualisé sur les banlieues françaises. Au point que ni les partis politiques ou les associations, ni le monde intellectuel ou médiatique - toujours très frileux sur les questions de diversité - ne rivalisent avec le réseau de l'ambassade américaine.

Des dizaines de responsables associatifs, d'éducateurs, d'élus locaux de droite comme de gauche, d'artistes, de jeunes chercheurs ont ainsi été identifiés comme de futures élites de la société française. "C'est fascinant : chaque fois que je rencontre quelqu'un de brillant, il est déjà en contact avec l'ambassade", témoigne Ahmed El-Keiy, 43 ans, présentateur d'un talk-show sur France Ô et un des meilleurs connaisseurs des réseaux de la diversité.

Les plus prometteurs se voient proposer des séjours de deux à trois semaines aux Etats-Unis pour approfondir leurs réflexions sur leurs sujets d'intérêt (Le Monde du 6 mai). Un programme de "visiteurs internationaux" que l'ambassade destinait autrefois aux filières traditionnelles les plus élitistes. Des figures comme Nicolas Sarkozy ou François Fillon ont ainsi bénéficié de ces dispositifs lorsqu'ils étaient trentenaires.

Depuis le 11 septembre 2001, les Américains ont en partie réorienté leur stratégie d'influence vers les leaders musulmans des pays occidentaux. Une démarche renforcée par l'élection de Barack Obama. "Notre volonté est d'identifier les futurs leaders français, ceux qui pourront émerger, ceux qui seront amenés à prendre des responsabilités", explique Lora Berg, attachée culturelle de l'ambassade. "Les Américains misent sur un changement socio-démographique en France, complète le chercheur Vincent Geisser, 42 ans, spécialiste de l'islam, parti aux Etats-Unis fin 2009. Ils font le calcul que les élites françaises, aujourd'hui âgées et blanches, vont forcément évoluer, et identifient ceux qui, aujourd'hui en périphérie du système, pourront être demain des leaders."

Loin des fantasmes sur la toute-puissance américaine, le travail de repérage est effectué par une employée française de l'ambassade, Randiane Peccoud, 53 ans, chargée de la société civile ; une méthode simple mais efficace, un travail de veille, la participation à des dizaines de rencontres et le bouche-à-oreille pour savoir qui fait quoi et qui est intéressant.

"C'est simple, Randiane connaît tout le monde", s'émerveille Bruno Laforestrie, directeur de la radio Générations 88.2. "Le Who's Who de la diversité en France, c'est elle qui le tient", glisse Fayçal Douhane, membre du bureau national du PS, parti aux Etats-Unis il y a deux ans. "Ils ne cherchent pas des leaders médiatiques, mais des gens qui agissent, qui sont acteurs, qui produisent quelque chose", relève El-Yamine Soum, 31 ans, sociologue, impliqué dans le réseau de l'ambassade. "Je n'ai jamais vu un réseau pareil", témoigne Ali Zahi, adjoint au maire de Bondy, invité aux Etats-Unis après les émeutes de l'automne 2005.

Le décalage entre l'activisme américain et la frilosité française est perçu douloureusement. Comme un indice supplémentaire du désintérêt de la société française. "L'ambassade avance sur un territoire vierge qu'aucune institution ne cherche à travailler", note Antoine Menuisier, rédacteur en chef du "Bondy Blog". "Nous sommes identifiés par un autre pays comme un leader potentiel, alors que nous ne sommes pas reconnus ici", ajoute Rokhaya Diallo, 32 ans, présidente des Indivisibles, de retour des Etats-Unis. "Aux Etats-Unis, on nous considère comme un espoir, comme un acteur potentiel de la France de demain", se réjouit Reda Didi, 34 ans, consultant en ressources humaines, président de Graines de France, un groupe de réflexion sur les quartiers.

Même analyse de la part de Majid El-Jarroudi, jeune patron de 33 ans, invité aux Etats-Unis pour un sommet économique : "Ce qui est troublant, c'est qu'on a plus d'écho auprès du gouvernement américain que vis-à-vis des institutions françaises." L'autre surprise vient du pragmatisme absolu dans les stratégies de détection.

"Leur force, c'est qu'ils mettent tout le monde sur le même pied. Ils ne sont pas dans une logique d'étiquette, comme nous Français, mais dans une logique d'action : qui agit ? Qui propose ? Qui innove ? Et pas : Quel est ton diplôme ? Où tu as fait tes études ? Qui est ton père ?", résume l'humoriste Yassine Belattar, un des piliers des réseaux de la diversité en France.

Luc Bronner

Repost 0
Published by Ass.renseignements-genereux - dans Infos diverses
commenter cet article

Présentation

  • : assrenseignements-genereux.over-blog.com
  • assrenseignements-genereux.over-blog.com
  • : Infos variées de libertaires sur écologie, actions citoyennes, politique, mais aussi ésotérisme.
  • Contact

Recherche

Archives