Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 05:33

Photos de seins: un crime, en France ?


Vous  pouvez  envoyer un mail à la mairie   ( les maires sont officiers de police judiciaire ) et à la poste de Cahors code postal 46000.  Vous pouvez envoyer  ces  photos ,  en  copié - collé,  de la grue du  sarcochon  de l' Elysée  qui   sont à  notre  avis  autrement  plus  choquantes  que  celles   envoyées  par  cet  artiste !























Pour avoir osé envoyer quatre cartes postales représentant des seins nus, l’artiste de mail-art Philippe Pissier est aujourd’hui passible de trois ans d’emprisonnement. Il est accusé de trouble à l’ordre public. 

Nous  ne  pouvons  pas  dire  " jetez dans  les  boites  de  la  Poste , du  tribunal  de  Cahors,  des  images  VRAIMENT  PORNOS "  : ce  serait  troubler  l' ordre  public , n' est-ce  pas ?  il  appartient  à  chacun  de  réagir . On  peut  en  tout  cas  remettre  à  notre  bureau  de  poste  cet  article, l' envoyer  au  TGI  de  Cahors, pour  protester.

Le mail-art est une forme d’art qui consiste à envoyer des oeuvres d’art par la Poste. En juin 2008, l’artiste Philippe Pissier est invité à participer à une exposition de mail-art érotique en Allemagne. Il envoie donc, dûment timbrées, quatre cartes postales représentant – attention, attention - le buste d’une jolie femme. Détail fatal: elle porte sur chaque sein non pas des piercings mais des pinces à linge… Saisi d’une vertueuse indignation, le centre de tri postal porte immédiatement plainte.
Estimant, sans doute elle aussi, que des images de poitrine féminine sont pornographiques, Isabelle Ardeef, substitut du procureur de la République de Cahors, ordonne une enquête préliminaire. Convoqué à la gendarmerie, Philippe Pissier apprend qu’il est passible de trois ans d’emprisonnement et de 175.000 euros d’amende, en vertu de l’article 227-24 du code pénal. Motif : trouble à l’ordre public et mise en danger du psychisme des enfants par une oeuvre pornographique.
 
Philippe Pissier proteste: “Je suis majeur, les employés du centre de tri postal sont majeurs, le facteur est majeur et le destinataire est majeur. Je ne vois pas où est le problème.” Le voilà pourtant perquisitionné à son domicile. Le 3 juillet, la brigade de recherche de Cahors emporte son ordinateur et quelques dizaines de ses oeuvres. Depuis… rien. Philippe Pissier, privé de son outil de travail, attend de savoir ce que la justice française lui réserve.
Le 11 septembre, un journal local - L’Echo – titre ironiquement : “Un dangereux artiste démasqué dans le Lot”: “Si une telle image mobilise à ce point les forces de l’ordre, à quoi doivent s’attendre les maisons de la presse, kiosques à journaux, galeries de peinture et musées, où la nudité dépasse souvent abondamment la mise en image d’une paire de seins, même ornée de pinces à linge.” Le journaliste rappelle avec justesse qu’à une certaine époque les papes faisaient mettre des slips aux statues et aux anges des fresques.
Dans la Dépêche du Midi, un confrère, Florian Moutafian, s'interroge avec angoisse: “Va-t-on fermer les musées, les maisons de la presse et arrêter les pubs pour le gel douche (avec poitrines apparentes bien plus accessibles aux mineurs)?”. Maître Baduel, l’avocat de Philippe Pissier, trouve la plaisanterie moins drôle: “Il faut se demander si la shariah est applicable à Cahors, dit-il. Je peux comprendre qu’à Dubai on conseille aux touristes d’éviter le monokini, mais en France? Sommes-nous donc maintenant en terre d’islam?
Au tribunal de Cahors, ni le président ni le procureur de la République ne semblent au courant de l’affaire. Le substitut, Isabelle Ardeef, refuse de communiquer. Officiellement, “l’enquête suit son cours.” Une enquête qui, probablement, amènera les autorités à interdire  non seulement les cartes postales grivoises (en vente partout sur notre territoire) mais l’allaitement au sein (une forme sournoise et rampante de pédophilie, à coup sûr). Les mères ne sont-elles pas coupables de montrer leurs seins nus à de si jeunes âmes? Scandale épouvantable, elles se font même titiller les tétons par leur propre progéniture, dans le but – soyons-en certains – de se procurer d’inavouables sensations.
Si vous aussi vous voulez participer de cette grande oeuvre de restauration morale, je vous suggère d’encourager les autorités à combattre les seins nus. Envoyez vos encouragements au TGI de Cahors sous la forme d’une carte postale. Une suggestion au hasard : envoyez la reproduction de ce chef d’oeuvre de l’école de Fontainebleau – Gabrielle d’Estrées – montrant la belle Gaby se faire pincer un téton par sa soeur (note  des  RG :  pour  annoncer  symboliquement  que  sa  soeur, enceinte , allait  allaiter  un  enfant  de  sang  royal) . Ce tableau est en libre accès au Louvre où tous les enfants peuvent le voir. La Poste portera-t-elle plainte contre vous? Les gendarmes viendront-ils perquisitionner à votre domicile? L’enquête prendra-t-elle un an? ou deux? Récupérerez-vous votre ordinateur en état de marche après avoir purgé votre peine? Cela peut sembler ahurissant – de la science fiction – et pourtant… Cela se passe en France en ce moment.

Les  tribunaux,  qui  traquent  les  anti- VACCINS  FRELATES  responsables  du  fléau  Alzheimer   feraient  mieux  de  se  préoccuper  de  ce  grave  problème  de  santé  publique  et  d 'aller  fourrer  leur  nez  dans  la  fabrication  desdits  vaccins !  car  sur  le  plan  profits des  lobbies   par  bousillage  de  notre  santé,  on  n' a rien  à  envier  aux  chinois .



www.oedipe.org


Et   pour  terminer :



www.ririfleurs





et cette jolie photo de    www.gamongi   du  photographe  Toledano

Partager cet article

Repost 0
Published by Assrenseignements-genereux - dans Informations - blog etc
commenter cet article

commentaires

Fabien 27/09/2008 10:35

Elle est très sympa la pensée du jour !

Présentation

  • : assrenseignements-genereux.over-blog.com
  • assrenseignements-genereux.over-blog.com
  • : Infos variées de libertaires sur écologie, actions citoyennes, politique, mais aussi ésotérisme.
  • Contact

Recherche

Archives